Parce qu’ils sont en mesure de dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts des organisations qu’ils reprĂ©sentent, les professionnels des Affaires publiques dĂ©ploient au cours de leurs carriĂšres des compĂ©tences qui lient, Ă  la fois, sens politique aigu, approche de technicien et sens pointu des interactions humaines. Avec l’objectif de porter Ă  l’attention des dĂ©cideurs les problĂ©matiques de leurs clients, ils mettent en Ɠuvre des stratĂ©gies visant Ă  sensibiliser, conseiller et orienter leurs interlocuteurs dans la conduite des politiques publiques sur lesquelles ils sont engagĂ©s.

Mais comment mesurer l’efficacitĂ© et le succĂšs de leurs actions quand les objectifs attribuĂ©s Ă  nos professions portent avant tout sur la mise en Ɠuvre de stratĂ©gies visant Ă  favoriser l’émergence de rĂ©sultats futurs pour leurs organisations ?

L’enquĂȘte Measuring Public Affairs conduite par Mavence est, Ă  ce titre, le fruit de plusieurs mois d’Ă©troite collaboration et d’Ă©changes avec plus de 80 dirigeants en Affaires publiques rĂ©partis Ă©quitablement en entreprises, fĂ©dĂ©rations, cabinets de conseil et en ONG. Elle tend Ă  montrer que les professionnels des Affaires publiques sont essentiels dans la conduite des activitĂ©s de leurs organisations (section 1).

Ils sont d’ailleurs identifiĂ©s comme porteurs de qualitĂ©s professionnelles et humaines vectrices de sens pour leurs collaborateurs et rendent directement compte Ă  la Direction gĂ©nĂ©rale de leur organisation pour mettre en Ɠuvre leurs stratĂ©gies de plaidoyer (sections 2 et 3). Si l’étude souligne toutefois qu’il reste difficile de faire ressortir des indicateurs clĂ©s de performance (KPIs) pour Ă©valuer le succĂšs des missions qu’ils mĂšnent, certains Ă©lĂ©ments peuvent ĂȘtre isolĂ©s pour rendre compte de l’impact de leurs actions de reprĂ©sentations d’intĂ©rĂȘts, parmi lesquels : la qualitĂ© des rencontres organisĂ©es avec les dĂ©cideurs, le nombre d’amendements proposĂ©s, la pĂ©rennitĂ© des relations crĂ©Ă©es avec les Ă©lus, l’impact des Ă©changes sur la comprĂ©hension des problĂ©matiques de l’organisation, l’évolution positive de la lĂ©gislation en cours


L’étude note en ce sens que les professionnels des Affaires publiques, bien qu’évoluant dans des secteurs d’activitĂ© diffĂ©rents, disposent d’une pratique uniforme et, de fait, Ă©valuent la rĂ©ussite de leurs stratĂ©gies selon des mĂ©triques similaires. On retrouve ainsi dans les indicateurs envisagĂ©s, l’identification et le traitement des risques rĂ©glementaires, la gestion des relations et capacitĂ© Ă  Ă©tendre l’influence et la portĂ©e d’un message, l’intĂ©gration de message de l’organisation dans le discours politique, la participation Ă  des consultations techniques et l’audit de rĂ©putation.

D’autres Ă©lĂ©ments viennent donner une dimension plus large Ă  l’activitĂ© des professionnels des Affaires publiques, et contribuent Ă  la valorisation de leurs organisations. Parmi ces approches stratĂ©giques qui empruntent Ă  la fois aux relations presse et aux relations institutionnelles et montrent une nouvelle fois combien ces corps de mĂ©tier sont Ă©troitement liĂ©s :  l’organisation d’entretiens avec des journalistes, l’organisation et/ou la participation Ă  des confĂ©rences, la prise de parole lors de table ronde, la diffusion et la reprise de rapports ou d’études sectorielles, etc.

Enfin, cette Ă©tude permet Ă©galement d’adresser une premiĂšre Ă©valuation des consĂ©quences de la pandĂ©mie de Covid-19 sur l’activitĂ© des professionnels des Affaires publiques, contraints d’exercer en tĂ©lĂ©travail et donc de rĂ©duire leurs contacts directs avec les dĂ©cideurs. Cette pĂ©riode a toutefois montrĂ© l’importance de leur fonction dans un contexte d’incertitude sanitaire, en temps de crise comme en temps plus ordinaire, pour mettre en avant les problĂ©matiques des organisations qu’ils reprĂ©sentent et favoriser la mise en place de rĂ©gulations justes et pĂ©rennes.

Pour tĂ©lĂ©charger l’étude dans sa totalitĂ© et retrouver une prĂ©sentation dĂ©taillĂ©e de ces rĂ©sultats (en anglais), veuillez cliquer ici : Étude